Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Atelier des ailleurs 2 - Départ de Christiane Geoffroy et Paco Decina sur (...)

2 décembre 2013

Atelier des ailleurs 2 - Départ de Christiane Geoffroy et Paco Decina sur OP4-2013

Les artistes lauréats de l’Atelier des ailleurs 2, seconde édition de la résidence de création dans les Terres australes françaises, embarqueront sur le Marion Dufresne à l’occasion de la dernière rotation logistique de l’année 2013 (OP4). Direction Crozet pour Paco Decina et Kerguelen pour Christiane Geoffroy. Leur retour est prévu en mars prochain sur OP1-2014.

La plasticienne Christiane Geoffroy et le chorégraphe Paco Decina sont les deux artistes qui ont été retenus pour la seconde édition de l’Atelier des ailleurs.
>> Appel à candidatures "Atelier des ailleurs 2", résidence de création dans les Terres australes françaises

Paco Decina, pour un projet chorégraphique sur le district de l’archipel de Crozet, et Christiane Geoffroy, pour un projet d’art contemporain sur le district de l’archipel de Kerguelen :
>> Christiane Geoffroy et Paco Decina, lauréats de l’Atelier des ailleurs 2

Leur embarquement à bord du Marion Dufresne est prévu le vendredi 6 décembre pour participer à la dernière rotation australe de l’année (OP4-2013). Après un séjour de plusieurs semaines sur leur district respectif, les deux artistes seront de retour à La Réunion en mars 2014 où ils prendront part à OP1-2014.

Vous pourrez suivre le récit de la rotation OP4-2013 grâce au journal de bord rédigé par les touristes :
>> Journal de bord du Marion Dufresne - Décembre 2013 (OP4)

JPEG - 68.9 ko
Le Marion Dufresne en partance pour les Terres australes françaises

Et à quelques jours de leur arrivée sur Crozet pour Paco Decina, et Kerguelen pour Christiane Geoffroy, voici leurs témoignages :

Christiane Geoffroy
" Octobre 2013, Strasbourg - J’ai passé l’été à lire tout ce que je pouvais trouver sur l’archipel des Kerguelen : blogs, récits, bande dessinée. Mon livre préféré a été celui de Jean-Paul Kaufmann L’Arche des Kerguelen où il raconte à merveille l’histoire de l’ile, ses paysages, et surtout, la force des éléments, la pluie, le vent, le froid…
Septembre me plonge dans la réalité des préparatifs avec de nombreux rendez-vous
artistiques et médicaux.Octobre, c’est la reprise des cours à la Haute Ecole des Arts du Rhin où je suis professeur, et je passe au double agenda : l’un pour organiser mon travail artistique et préparer mon départ, l’autre pour gérer mes heures de cours, les réunions, les rendez-vous avec les étudiants. Et très clairement, je perçois bien que le compte à rebours a commencé !
Je partirai le 4 décembre au soir de l’aéroport Charles de Gaulle pour rejoindre Saint - Denis, à la Réunion et j’embarquerai le 6 à bord du navire ravitailleur des Taaf, le Marion Dufresne II. De quelle façon, je l’ignore, mais je sais déjà que ces quatre mois à l’archipel des Kerguelen auront une importance considérable dans ma vie."

Paco Decina
" Pour le moment je me prépare en étudiant les logiciels et les instruments qui vont m’accompagner tout au long de ce voyage vers l’inconnu. De temps en temps je vais voir les blogs des missions précédentes, je recherche des films, des témoignages, j’observe les petits détails sur les photos pour essayer d’en déduire des informations qui ne seraient pas révélées au profane… Bref, j’essaye d’imaginer à quoi pourrait ressembler la vie sur l’île de la Possession, pour me sentir un peu moins seul et me rassurer…
Je ne suis pas encore parti et je suis déjà fasciné par l’île de l’Est, avant même de l’avoir vue. Comment cela est-il possible ? Serait-ce un escamotage de l’esprit ?
Je sais qui part, mais je ne sais pas qui va revenir, et celui qui part ne peut pas imaginer là où il va !… Je m’interroge…Alors quoi faire ?
Il ne me reste plus qu’à imaginer d’être en coulisse, prêt à rentrer sur scène, entre deux monde, suspendu, comme au Purgatoire, avec le trac qui nous soutient, dans la pénombre, en écoutant les bruits de la salle feutrés par le velours des rideaux sans pouvoir vraiment la voir, en attendant ainsi de franchir le premier pas…
Et enfin danser, en oubliant tout ce qui avait été avant.
Et enfin découvrir cet inconnu si lointain et mystérieux… "