Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > Collectivité > Recrutement > Chef de district

Chef de district

LA PROCHAINE CAMPAGNE DE RECRUTEMENT, EN VUE DES RELÈVES 2017/2018, DÉBUTERA EN NOVEMBRE 2016 AVEC LA PUBLICATION DE LA FICHE DE POSTE A POURVOIR SUR LE PRÉSENT SITE (RUBRIQUE : LA COLLECTIVITÉ / RECRUTEMENT / LES POSTES A POURVOIR) ET SUR LA BIEP

A quoi correspond la fonction de chef de district ?

Les chefs de district sont les représentants du préfet des TAAF dans les différents territoires qui composent la collectivité. Leur rôle prioritaire est de diriger les bases australes et antarctique.
En liaison permanente avec les services centraux des TAAF installés à St-Pierre de la Réunion, qui leur apportent le soutien juridique, administratif, social ou technique nécessaire, ils y assurent, par délégation du préfet des TAAF, des missions de souveraineté et de suivi de la bonne exécution des programmes logistiques, scientifiques et de préservation de l’environnement.

4 postes de chef de district sont à pourvoir chaque année, pour les districts de Kerguelen, de Crozet, de Saint-Paul et Amsterdam (districts subantarctiques) et en Terre Adélie (sur le continent Antarctique).
Le poste de chef du district des îles Eparses ne fait pas l’objet d’un appel annuel à candidature, ce dernier district étant administré directement depuis la Réunion.

Qui peut postuler sur les fonctions de chef de district ?

Les personnes recrutées sur ces fonctions peuvent avoir le statut de fonctionnaire, de militaire ou d’agent contractuel.
Les exigences portent principalement sur l’aptitude à l’encadrement de personnels aux statuts très diversifiés, dans un environnement difficile et isolé.
Pour cette raison, les fonctionnaires doivent appartenir obligatoirement à la catégorie A. Les militaires doivent être des officiers. Les agents contractuels (personnels issus du privé) doivent avoir une expérience certaine du management.
Le personnel sur les bases compte notamment de nombreux sous-officiers des 3 armées, recrutés pour pourvoir les fonctions infra, énergie, télécomms/radios, flotille, garage….

Sont également recherchées des expériences en milieu isolé, ainsi que l’aptitude à représenter une autorité auprès des interlocuteurs extérieurs.
Des connaissances dans les domaines techniques (nombreux travaux à mener sur les bases) et environnementaux sont un plus certain.

Quelle forme prend le recrutement ?

Les chefs de district sont recrutés par contrat à durée déterminée (via un détachement sortant de l’administration d’origine pour les fonctionnaires ou les militaires).
Ce contrat n’ouvre pas de possibilité d’intégration de l’administration (services centraux des TAAF, ministères de tutelle) au terme de la mission.
Il se solde pour les fonctionnaires et les militaires par une réintégration dans l’administration d’origine.

Quelles sont les étapes du recrutement ?

La procédure de recrutement est annuelle : elle démarre avec un appel à candidature, lancé en fin d’année (aux alentours du mois de novembre) pour des séjours démarrant entre août et décembre de l’année suivante.
L’appel à candidature est effectué sur différents supports : site internet des TAAF, bourse interministérielle de l’emploi public (BIEP)…

Le dossier de candidature demandé comporte un CV et une lettre de motivation.
Après une sélection sur dossiers, les premières séries d’entretiens se déroulent entre janvier et mars, au siège réunionnais ou à l’antenne parisienne des TAAF selon la domiciliation des candidats.
Les candidats retenus au terme de cette première série d’entretiens sont auditionnés une seconde fois par le préfet des TAAF en mars-avril.
Les candidats retenus sont connus en avril-mai, en fonction des résultats des tests médicaux et psychologiques destinés à mesurer la capacité d’adaptation aux rigueurs de l’expérience australe ou antarctique.
A quelque jours près, le calendrier est le même chaque année.

Combien de temps dure un séjour de chef de district ?

Le séjour sur le district est de 12 mois pleins, augmentés des délais de transport par voie maritime (environ un mois AR), de la période préalable de formation et des congés de fin de séjour.
Une période initiale de formation se déroule durant les jours qui précèdent le départ du navire ravitaillant les districts austraux, entre la métropole et l’île de la Réunion. Elle dure entre 1 et 2 semaines.
Pour le chef du district de la Terre Adélie, cette formation est complétée par une séquence dans les locaux de l’Institut Polaire français Paul-Emile Victor en septembre précédant le départ.
L’embarquement pour rejoindre les districts austraux se fait depuis la Réunion entre les 20 et 25 août. Le retour à la Réunion est prévu en septembre de l’année suivante.
Pour la Terre Adélie, l’embarquement a lieu depuis la Tasmanie (Australie) au début du mois de décembre (fenêtre de l’été austral), et le retour fin décembre de l’année N+1.

Quelle est la rémunération d’un chef de district ?

La rémunération du chef de district se compose des éléments suivants :

  • une rémunération principale exprimée sous forme d’indice de la fonction publique, majorée par l’effet du coefficient institué par l’arrêté du 28/07/1967 (1,73 pour Kerguelen, Crozet et la terre Adélie, 1,65 pour Amsterdam et St-Paul),
    plus
  • une indemnité d’éloignement, correspondant à un coefficient du traitement indiciaire : 15/12èmes pour les 3 premiers districts cités ci-dessus, 14/12èmes pour le dernier. Cette indemnité est versée en deux fois, une première moitié au début du séjour et la seconde moitié à la fin.

La majoration outre-mer, ainsi que la prime d’éloignement, calculées au prorata de la durée du séjour sur district, commencent à l’aller le jour de l’embarquement sur le bateau, et s’achèvent au retour la veille du débarquement à la Réunion ou en Tasmanie.
En dehors de ces éléments de majoration, la fonction de chef de district n’ouvre pas droit à un régime indemnitaire particulier.
Le contrat couvre la période de formation précédant l’embarquement, le séjour sur district, ainsi que la période des congés qui sont pris en bloc au retour de la mission.

L’employeur TAAF prélève sur le salaire :

  • la retenue pour frais de vivres et d’hébergement, pour un montant mensuel forfaitaire (9% du traitement indiciaire), pendant la durée sur le district.
  • la contribution directe territoriale, correspondant à la fiscalité spécifique applicable aux TAAF, prélevée à la source, correspondant à 9% des revenus bruts perçus (hors indemnité d’éloignement), pendant toute la durée du contrat.

Quelles sont les conditions matérielles du chef de district ?

Comme toutes les fonctions à pourvoir sur les bases australes et antarctique, le poste est logé, nourri et blanchi, moyennant un prélèvement forfaitaire sur salaire, au titre des frais de vivres et d’hébergement (voir question précédente).

Le chef de district dispose d’une chambre individuelle avec sanitaires privés, d’un bureau particulier avec poste de travail personnel, connexion internet, et messagerie électronique.
Toutefois, la capacité de connexion limitée ne permet pas d’utiliser des applications ou des fonctions très consommatrices de bande passante, telles que Skype.

Pour conserver le contact avec la famille, en sus de la messagerie électronique, les communications téléphoniques sont possibles, depuis des postes téléphoniques individuels. Les communications téléphoniques personnelles sont facturées par les TAAF.

Les soins prodigués sur le district sont gratuits, pris en charge par les TAAF (présence d’un médecin et d’infrastructures médicales sur chaque base).