Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Crozet : éradication par traitement thermique des plantes introduites à (...)

10 février 2014

Crozet : éradication par traitement thermique des plantes introduites à Crozet

Cet article est extrait du blog officiel du district de Crozet qui est tenu par le chef de district : http://ilescrozet.blogspot.fr

JPEG - 32.8 ko

Des plantes ont été involontairement introduites au fil du temps dans l’archipel des îles Crozet. Les mesures de biosécurité misent en place depuis la création de la Réserve Naturelle en 2006 limitent désormais le risque de nouvelles introductions mais la dissémination de plusieurs espèces est déjà importante.

Depuis 2010, les agents de la réserve naturelle des Terres australes françaises réalisent des actions d’éradications par arrachage sur certaines espèces végétales ciblées.

JPEG - 174.1 ko
Eradication par traitement thermique des plantes introduites sur le site de la Baie Américaine - Photo Mathilde FONTAINE

Les avantages de cette technique sont l’absence de pollution du sol et une limitation de la germination des graines à la différence de l’arrachage qui retourne et met à nu le sol.
Seules quelques espèces listées et bien définies sur quelques sites sont traitées avec cette technique, comme par exemple la Flouve odorante (Anthoxanthum odoratum).

JPEG - 269.3 ko
Chaque plante doit impérativement être brûlée dans sa totalité (c’est-à-dire toutes les parties aériennes de la plante) - Photo Mathilde FONTAINE

Le but n’est pas de carboniser la plante mais de la chauffer à environ 90°C pendant 2 à 3 secondes. Les plantes ne sont pas éradiquées lors du premier passage mais nécessitent 5 ou 6 brûlages avant d’en venir à bout
Il faut donc repasser régulièrement (1 fois par mois) sur les sites brûlés et recommencer.

JPEG - 208.6 ko
L’utilisation d’un déherbeur à flamme nécessite des précautions et le port d’équipements de sécurité spécifiques tels que des gants et des combinaisons qui résistent au feu - Photo Alizée FOUCHARD