Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Départ de la rotation dans les îles éparses

1er avril 2011

Départ de la rotation dans les îles éparses

Les Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) organisent pour la deuxième fois une expédition exceptionnelle dans les îles Éparses (Europa, Bassas da India, Juan de Nova, Glorieuses et Tromelin) à bord du navire logistique et océanographique le Marion Dufresne. Le bateau est parti le 1er avril et sera de retour à la Réunion le 26 avril. Il passera par Europa, Bassas da India et Juan de Nova avant de faire escale à Mayotte où une partie des personnels scientifiques sera remplacée pour effectuer des opérations aux Glorieuses et à Tromelin.

La recherche

Les îles éparses sont qualifiées de « sanctuaires océaniques de la nature primitive », disposant d’un patrimoine biologique terrestre et marin remarquable. L’isolement géographique, le caractère insulaire et une occupation humaine historiquement très limitée ont en effet protégé ces territoires. De nombreux programmes scientifiques se sont montrés intéressés pour mener dans ces îles, considérées comme de véritables laboratoires naturels, des programmes de recherche. Cette année, les Taaf ont souhaité accorder un maximum de places sur cette rotation dans les îles éparses pour les programmes scientifiques. Ainsi, 72 scientifiques représentant 17 programmes de recherche concernant aussi bien les sciences de la terre que de la vie ont embarqué à bord du navire.

voir le détail des programmes scientifiques

JPEG - 67.7 ko
Les équipes scientifiques au départ

La suite et fin de l’enlèvement des déchets

En 2009, les Taaf ont mis en place une rotation exceptionnelle du Marion Dufresne dans les îles Éparses, afin de nettoyer l’ensemble des îles. Cette intervention s’est soldée par la collecte, l’évacuation et le retraitement de centaines de tonnes de déchets métalliques et de certains déchets, classés industriels dangereux » (batterie, etc.). A l’issue de cette opération, il subsistait cependant (notamment sur l’île Juan de Nova) des déchets réclamant un traitement spécifique : principalement une série de fûts hydrocarbonés dont la nature exacte était inconnue. Ceux‐ci, résidus de la construction d’une piste d’aviation, étaient entreposés jusqu’à aujourd’hui à demi enfouis en bordure de plage. L’érosion aidant, ils se désagrégeaient et risquaient de répandre leur contenu sur la plage, zone de ponte des tortues marines et des sternes fuligineuses et huppées de l’île. En 2010, les Taaf et la Fondation Veolia Environnement ont signé un accord de partenariat. Ce partenariat porte sur la protection de la biodiversité des îles Éparses avec deux axes stratégiques : la protection des récifs coralliens et la gestion (enlèvement et traitement) des déchets historiques de l’île Juan de Nova. En mars 2010, la Fondation Veolia Environnement a envoyé sur l’île Juan de Nova deux experts en gestion des déchets afin d’effectuer un diagnostic de la pollution du site. Les analyses ont montré qu’il s’agissait de déchets classés industriels dangereux (DID), devant être traités dans des filières agréées. L’expertise effectuée a également permis de mettre en place un plan d’action en concertation avec les Taaf pour évacuer et traiter ces déchets.

En mars 2011, une deuxième mission a permis, grâce aux experts de Veolia, le conditionnement du sable pollué et des fûts dans des contenants hermétiques. Compte tenu de l’isolement de l’île, cette opération a nécessité une logistique complexe pour acheminer le matériel : contenants étanches, outillage, pelle sur chenilles… Soit plus de 70m3, envoyé avec l’aide des Taaf et des Fazsoi (Forces armées de la zone sud de l’océan Indien). Ces déchets seront évacués par le Marion Dufresne, seul navire équipé des moyens nécessaires (hélicoptère, grue, annexe maritime) pour effectuer ces opérations. La Réunion ne possédant pas de filière agréée, les déchets seront ensuite évacués vers la métropole, où ils seront éliminés dans une filière d’incinération Veolia Propreté, à Marseille ou Limay (78).

Une activité éco-touristique

Seize éco-touristes embarqueront à bord du navire aux cotés des scientifiques et des logisticiens. Deux guides naturalistes confirmés organiseront les activités à bord du bateau (conférences, projection de films, rencontres avec les scientifiques) mais également à terre avec la découverte des îles et de leurs richesses. Les îles Éparses offrent en effet, outre la beauté de leurs plages de sable blanc, un programme éco-touristique riche et varié : découverte des restes d’habitations chargées d’histoire comme l’ancienne usine de guano à Juan de Nova, balades ornithologiques pour observer les fous à pieds rouges, les fous masqués, les sternes, les frégates… Les guides apporteront leurs connaissances afin de permettre aux visiteurs de mieux évaluer et apprécier la biodiversité de ces îles mais seront là également pour faire respecter les distances d’approche et les précautions de sécurité. Ces îles ne sont accessibles que par avion militaire pour la relève des garnisons militaires à Europa, Juan de Nova et Glorieuses et des météorologistes à Tromelin. Aucune activité touristique dans ces îles n’est autorisée.

voir le journal de bord