Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Départ des agents de la réserve naturelle en campagne d’été

19 octobre 2016

Départ des agents de la réserve naturelle en campagne d’été

La campagne d’été 2016-2017 de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises débutera le mois prochain. Plusieurs agents naturalistes embarqueront sur le Marion Dufresne le 4 novembre pour se rendre dans les 3 districts austraux, de quelques mois pour les campagnards d’été, à plus d’un an pour les hivernants.

Afin de leur apporter les connaissances relatives aux spécificités du territoire, les sensibiliser au rôle de la réserve naturelle et les former aux différents protocoles qu’ils devront mettre en œuvre au cours de leur mission sur le terrain, ces nouveaux agents seront accueillis au siège des TAAF par l’équipe de la réserve à partir du lundi 24 octobre pour deux semaines de formation. Ils embarqueront ensuite à bord du Marion Dufresne pour rejoindre Crozet, Kerguelen ou Amsterdam, en fonction de leur district d’affectation. Au cours de ce voyage, ils seront accompagnés par les agents du siège travaillant sur les thématiques terrestres de la réserve ; ils bénéficieront ainsi de moments d’échange privilégiés et de leur expérience du terrain pour parfaire leur formation.

Après quelques jours de navigation, ils seront accueillis sur les îles par les agents hivernants de la réserve sur le terrain depuis un an. Pendant un mois, anciens et nouveaux vont se côtoyer et travailler ensemble in situ, afin de s’assurer que les jeunes hivernants soient pleinement opérationnels dans l’exercice de leurs nouvelles fonctions. Cette étape est particulièrement importante pour assurer la bonne intégration des arrivants dans leur nouvel environnement et leur donner toutes les clés pour passer le meilleur hivernage possible, tant sur le plan professionnel que personnel. Pour les anciens, cette étape marque la fin imminente de leur séjour sur les îles, leur départ définitif des districts étant prévu lors de la rotation suivante du Marion Dufresne, en décembre 2016.

Différentes missions attendent les agents de la réserve naturelle des Terres australes françaises pour la campagne d’été à venir :

Suivis flore et habitats :

Sept d’entre eux travailleront sur les suivis et les inventaires de la flore et des habitats ainsi que sur la gestion des espèces végétales introduites. Sur les districts de Crozet et Kerguelen, cette campagne d’été marque le premier passage sur les observatoires flore/habitats mis en place il y a 5 ans par la réserve. Sur le district d’Amsterdam, la priorité s’orientera sur la mise en œuvre du protocole « Atlas-flore » dont l’objectif est de compléter l’inventaire des espèces végétales et de connaître leur répartition. En parallèle, tout au long de la campagne d’été et de l’hivernage, des passages réguliers seront réalisés sur les sites d’éradication d’espèces végétales introduites afin d’évaluer l’efficacité des actions. La gestion de ces espèces s’accompagne également d’un protocole de veille réalisé chaque été sur les bases afin de détecter d’éventuelles nouvelles introductions. Enfin deux agents poursuivront le travail, réalisé depuis 2010 par la réserve, sur le programme de restauration du Phylica arborea, unique arbre des Terres australes françaises présent à Amsterdam.

JPEG - 123.7 ko
Inventaire de la flore, Crozet
JPEG - 109 ko
Plantation de Phylica arborea, Amsterdam

Suivis ornithologiques :

A Kerguelen, les ornithologues réaliseront plusieurs comptages sur des colonies d’oiseaux marins pour évaluer la réussite de la reproduction et suivre l’évolution de leur population sur le long terme (manchot papou, pétrel à menton blanc, pétrel de Kerguelen, sternes, cormoran de Kerguelen et goéland dominicain). La présence du navire La Curieuse leur permettra de se rendre sur plusieurs sites et îles isolées du nord et du sud de l’archipel pour compléter les connaissances sur la répartition des oiseaux.

Suivis des espèces animales introduites :

Cette année une équipe de terrain constituée de trois agents sera détachée à Kerguelen pour travailler spécifiquement sur la problématique des espèces animales introduites. Leur mission s’articulera autour de deux axes principaux :
• mettre en œuvre des mesures de gestion pour empêcher l’apparition de nouveaux foyers de (re)colonisation d’espèces introduites et/ou endiguer la dispersion de celles déjà en place ;
• poursuivre les études permettant d’affiner les connaissances relatives à ces espèces (aire de répartition, impacts sur l’écosystème, place au sein des réseaux trophiques, etc.) afin d’alimenter les réflexions visant à définir les futures mesures de gestion.

Suivis des milieux marins côtiers :

Le programme IPEV 1044 – PROTEKER, qui a vu le jour en 2011, a pour objectif de mettre en place un observatoire dédié au suivi écologique de la biodiversité marine côtière des Iles Kerguelen et à l’évaluation des effets des changements globaux sur ces milieux (évolution des températures, modification de la courantologie, migration d’espèces…). Depuis 2013, la réserve naturelle est partenaire de ce programme en mobilisant chaque année un plongeur scientifique. Dans le cadre de cette campagne, ce plongeur se rendra dans les 8 stations du programme Proteker (4 dans le Golfe du Morbihan, 2 dans le nord de l’archipel et 2 dans le sud) où il appuiera les autres plongeurs de l’Institut Polaire français Paul-Emile Victor (IPEV) pour récolter des échantillons d’organismes, ainsi que pour récupérer les thermo-enregistreurs et les placettes de colonisation. Il participera également à la réalisation d’une première cartographie des habitats côtiers sur chacune des stations, grâce aux prises de vue sous-marines qu’il effectuera, ainsi qu’à la mise en place d’aquariums confectionnés par le laboratoire de biologie marine de l’IPEV (BIOMAR) pour faciliter l’étude d’une espèce d’oursin, le Strérichinus.

JPEG - 107.9 ko
Plongeur Proteker, Kerguelen

Les agents de la réserve naturelle des Terres australes françaises s’attèleront durant tout l’été austral à ces différentes missions. Les premiers résultats de ces travaux sont attendus pour le début de l’année 2017.