Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > L’extension de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises (...)

18 août 2016

L’extension de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises rendue possible par la loi sur la biodiversité

L’article 160 de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages adoptée le 20 juillet 2016 permet l’extension en mer du périmètre de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises.

Cette loi a pour ambition de protéger et de valoriser notre patrimoine naturel pour faire de la France le pays de l’excellence environnementale et des croissances verte et bleue. Parmi plusieurs grandes avancées, elle vient notamment renforcer la protection de la biodiversité marine et « permet la création de la 5ème plus grande réserve marine du monde dans les eaux des Terres Australes Françaises » selon le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer.

Créée en 2006, la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises rassemble les archipels de Crozet, Kerguelen, et les îles de Saint-Paul et Amsterdam. Avec 7 000 km² de surface terrestre et 15 700 km² de surface marine, elle est déjà la plus grande réserve naturelle de France. Comme annoncé par la Ministre Ségolène Royal dans le cadre de la COP21, le projet développé est d’étendre le périmètre de la réserve naturelle dans les eaux sous juridiction française sur une surface d’environ 550 000 km², soit la taille de la France hexagonale.

Cette extension du périmètre classé apporte de la cohérence aux mesures de gestion conduites par la réserve dans ces îles subantarctiques au patrimoine naturel exceptionnel et où les interactions terre/mer sont très fortes. Les principales zones d’alimentation des oiseaux et mammifères marins de la réserve se trouvent notamment au large dans les Zones Economiques Exclusives (ZEE) des îles australes.
Au-delà des enjeux de conservation de la biodiversité des îles subantarctiques, il apparait que les écosystèmes en bonne santé sont des puits de carbone plus performants et permettent ainsi un stockage du CO2 plus important.

Suite à l’atelier scientifique de juin dernier, qui avait pour objectifs de définir et cartographier les enjeux de conservation des milieux marins de la ZEE de Kerguelen, ainsi que de présenter les premiers résultats du projet CROMEBA sur Crozet, les TAAF s’attachent désormais à définir plus précisément le périmètre d’extension dans les trois ZEE australes, en tenant compte des réglementations et usages en vigueur. La proposition de périmètre et les enjeux de conservation qui motivent l’extension de la réserve naturelle en mer figureront dans le dossier de présentation du projet, qui sera remis début septembre à la Ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, à la Secrétaire d’Etat chargée de la biodiversité et au Conseil national de protection de la nature. Il sera ensuite mis en consultation jusqu’en décembre 2016 pour une signature du décret d’extension prévue début 2017.

Pour en savoir plus sur la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages, cliquez ici.