Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > L’île d’Europa classée en site RAMSAR

27 septembre 2012

L’île d’Europa classée en site RAMSAR

Le Gouvernement français a inscrit sa 42ème zone humide d’importance internationale : une île basse (et les eaux qui l’entourent) exceptionnellement intéressante, située dans le canal du Mozambique avec un lagon central cerné de mangroves et un récif frangeant interrompu par des plages de sable.
L’île d’Europa (205.800 hectares, 22°21’00”S – 40°21’00”E, 30 km2 de terres émergées, 47 km2 de superficie récifale) est classée réserve naturelle depuis 1975 par arrêté préfectoral, au même titre que les autres îles Eparses (à l’exception de Juan de Nova).

Parmi îles Eparses, Europa se distingue par des enjeux de conservation particulièrement importants, pour de nombreuses raisons : écologiques, statut des espèces présentes, populations d’intérêt biogéographique… C’est notamment une des rares îles de l’Océan Indien abritant encore une communauté nicheuse très diversifiée d’oiseaux marins tropicaux avec des espèces extrêmement vulnérables comme les frégates ou les pailles-en-queue (Le Corre, 2012).
Le site sert également d’habitat à plusieurs espèces terrestres et marines en danger d’extinction comme le héron crabier blanc Ardeola idea, le rorqual commun Balaenoptera physalus ou encore le requin-marteau Sphyrna lewini.

JPEG - 113.9 ko

Europa est enfin l’un des principaux sites mondiaux de reproduction et de ponte des tortues vertes Chelonia mydas (classée espèce menacée par l’IUCN). Les systèmes de végétation de l’île d’Europa présentent eux aussi une naturalité exceptionnelle, rarement rencontrée à l’échelle mondiale, avec 9 systèmes de végétation (notamment des successions végétales suivant très nettement le gradient de salinité, et l’ensemble des stades d’installation des forêts d’euphorbes depuis leur stade pionné) qui abritent 8 espèces patrimoniales (CBNM, 2012).

La richesse biologique de cette île et sa préservation de quasiment toutes perturbations anthropiques en font à la fois un réservoir de biodiversité et un site de grande importance scientifique en tant que laboratoire à ciel ouvert pour l’étude de l’évolution naturelle des écosystèmes insulaires et des changements à l’échelon mondial.

Le développement de nombreux programmes scientifiques sur les îles a permis de collecter les données nécessaires à l’évaluation de l’état des écosystèmes terrestres et marins de chacune des îles, ainsi que d’identifier des actions de conservation prioritaires (lutte contre les espèces introduites comme les chèvres et les rats ainsi que plusieurs espèces végétales). C’est notamment sur la base de ces éléments que le dossier de classement en site RAMSAR d’Europa a pu être porté, faisant de l’île le 2051ème Site Ramsar de la Convention, dont l’ensemble des sites couvrent actuellement 193.810.395 hectares à l’échelon mondial.

Pour faire reconnaître l’état de conservation exceptionnel de ce territoire, et pour garantir sa préservation, les TAAF travaillent à plusieurs autres projets de conservation comme son classement en Réserve Naturelle Nationale et son intégration dans la mise en place d’un Plan National d’Action pour les tortues marines de l’Océan Indien.
Pour plus d’informations sur le patrimoine naturel des îles Eparses, cliquez ici