Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > La grande pêche australe : Une coopération toujours plus importante entre les (...)

3 mai 2012

La grande pêche australe : Une coopération toujours plus importante entre les Taaf, les armements et les scientifiques

A l’occasion de la tenue d’un groupe de travail sur la pêche australe réunissant les armements de la grande pêche australe, les scientifiques (Muséum national d’histoire naturelle) et la collectivité des Terres australes et antarctiques françaises, les Taaf ont tenu un point presse le mercredi 2 mai à Saint-Pierre.

JPEG - 90.8 ko

Le préfet, administrateur supérieur des Taaf, Pascal Bolot a rappelé l’importance de la coopération entre l’administration, les armements et les scientifiques « Notre destin est lié, nous avançons ensemble » a-t-il déclaré. Il a également abordé le travail de préparation de la 3ème campagne scientifique d’évaluation de la ressource sur le plateau de Kerguelen (« Poker 3 »), à l’ordre du jour du groupe de travail pêche.
Les réunions régulières de ce groupe de travail permettent aux différents acteurs de traiter les problématiques rencontrées dans la gestion ou dans la mise en œuvre de la pêche dans les zones économiques exclusives des Taaf.
Son objectif est d’améliorer la connaissance des problèmes économiques ou scientifiques auxquels sont confrontés les armements et ainsi, de mieux éclairer les propositions émises par le conseil consultatif des Taaf, organe qui assiste le préfet des Taaf dans ses prises de décision.
Le préfet des Taaf, Pascal Bolot, s’est félicité des discussions directes et constructives entre l’administration et les armements « dans une écoute réciproque des intérêts de chacun ». Il a souligné le fait que ces échanges étaient d’une qualité nettement supérieure à ceux qui s’instaurent ordinairement entre parties aux intérêts divergents, dans d’autres zones aux prises avec des problématiques analogues.

Guy Duhamel, professeur au Muséum National d’Histoire Naturelle et conseiller scientifique auprès du préfet a évoqué le projet de reprise d’exploitation d’espèces historiquement pêchées dans les zones économiques exclusives de Crozet et de Kerguelen : le colin austral (Lepidonotothen squamifrons) et le poisson des glaces (Champsocephalus gunnari). Ces deux espèces de poissons ayant été surexploitées entre les années 1970 et 1990, leur stock avait considérablement baissé et leur exploitation avait donc été interrompue. La reconstitution progressive des stocks permet d’envisager à nouveau l’ouverture de ces pêcheries.

A la différence de la légine australe, le colin austral et le poisson des glaces ne se pêchent pas à la palangre, mais uniquement au chalut de fond (pour le poisson des glaces et le colin austral) voire au chalut semi-pélagique (uniquement le poisson des glaces). Des prescriptions techniques seront donc nécessairement édictées par les scientifiques afin de limiter les risques de mortalité aviaire (chalutages de nuit par exemple). Actuellement le poisson des glaces intéresse principalement les marchés asiatiques (Corée du Sud, Taïwan) et l’Europe de l’Est. Le colin austral touche plutôt les marchés des pays de l’Europe de l’Est (Pologne).
L’évaluation de la biomasse permettrait d’envisager un total admissible de capture d’au moins 1000 tonnes/an pour le poisson des glaces et d’au moins 2000 tonnes pour le colin austral.
Une première pêche expérimentale pourrait être adossée à la campagne d’évaluation des ressources « Poker 3 » en 2013 profitant ainsi des évaluations les plus appropriées.
Ces deux espèces pourraient apparaître sur les étals dès 2013 en cas de commercialisation.

Enfin, Yannick Lauri, président du syndicat des armements réunionnais de palangriers congélateurs (SARPC) a rappelé le fonctionnement des pêcheries australes actuelles, en particulier la pêche à la légine australe, et précisé les retombées économiques de cette activité pour l’île de la Réunion.

A l’occasion de ce point presse, et pour marquer la collaboration historique qui unit l’armement Sapmer et la collectivité des Taaf, Yannick Lauri, directeur de la Sapmer a remis officiellement au préfet des Taaf deux maquettes de bateau. Un palangrier et un thonier senneur prendront désormais place au sein de l’exposition présentée au siège des Taaf. Les visiteurs pourront ainsi mieux connaître ces navires qui partent pour l’un pêcher la légine autour de Kerguelen et de Crozet, et pour l’autre les thonidés dans la zone économique exclusive des îles éparses.

Dossier de presse : La grande pêche australe : Une coopération toujours plus importante entre les Taaf, les armements et les scientifiques