Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > Collectivité > L’administration > Le conseil consultatif

Le conseil consultatif

JPEG - 30.6 ko

Le conseil consultatif des Terres australes et antarctiques françaises est chargé d’assister le préfet, administrateur supérieur des TAAF. Son rôle est détaillé dans le titre IV du décret n° 2008-919 du 11 septembre 2008.

Il est composé de 26 membres, 13 titulaires et 13 suppléants (voir l’arrêté de nomination en suivant), et il se réunit au minimum deux fois par an.
En outre, le conseil consultatif comprend également 2 députés et 2 sénateurs désignés pour la durée de leur mandat parlementaire par les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat (voir en fin d’article).

Enfin, le conseil consultatif des TAAF tient lieu de comité consultatif de la Réserve naturelle nationale des Terres australes françaises comme stipulé dans l’article 3 du chapitre II du décret n° 2006-1211 du 3 octobre 2006 portant création de la réserve naturelle des Terres australes françaises.

Les dernières actualités du conseil consultatif des TAAF :


Arrêté du 17 juin 2013 portant nomination au conseil consultatif des Terres australes et antarctiques françaises (mise à jour mars 2017)

Par arrêté du ministre des outre-mer en date du 17 juin 2013, sont nommées pour quatre ans membres du conseil consultatif des Terres australes et antarctiques françaises les personnalités dont les noms suivent :

1° En qualité de membres titulaires :
M. Claude BACHELARD, ancien médecin chef des Terres australes et antarctiques françaises, Président.

M. Jean JOUZEL, climatologue et glaciologue, Vice-Président.

Mme Isabelle AUTISSIER, ingénieur agronome.
Née en 1956 à Paris, Isabelle AUTISSIER découvre la voile en Bretagne dès l’âge de 6 ans. Après avoir obtenu en 1978 un diplôme d’ingénieur agronome, spécialisation halieutique, à l’École nationale supérieure agronomique de Rennes, elle poursuit en 1980 avec des recherches sur les langoustines et les gros crustacés pour les comptes du CORPECUM puis de l’IFREMER. Elle enseigne à l’École maritime et aquacole de La Rochelle de 1984 à 1990 avant de devenir la première femme navigatrice française à accomplir un tour du monde en compétition, en 1991. Cette réussite la pousse à abandonner l’enseignement pour se consacrer entièrement à la course au large. Isabelle AUTISSIER s’est également tournée vers l’écriture. Après plusieurs récits, essais, ainsi qu’un livret d’opéra, Homo Loquax, elle publie en 2009 son premier roman, Seule la mer s’en souviendra, l’histoire d’une supercherie en mer inspirée d’un fait réel – l’affaire Crowhurst de 1969. Elle anime chaque été une émission radiophonique, In Extremis, sur France Inter. Depuis 1995, elle est membre du conseil consultatif des Terres australes et antarctiques françaises et devient en 2009 présidente de la branche française du World Wide Fund for Nature.

Mme Sophie-Dorothée DURON, sous-directrice adjointe chargée du littoral et de la mer, Direction de l’eau et de la biodiversité.

M. Prosper EVE, historien et président de l’association historique internationale de l’océan Indien.

Mme Nathalie FRASCARIA-LACOSTE, administratrice de l’association Humanité et Biodiversité.

Luc HALLADE, ambassadeur délégué à la coopération régionale dans l’Océan Indien.

Mme Pascale JOANNOT, déléguée à l’outre-mer du Muséum national d’histoire naturelle, directrice adjointe des collections.
Né en 1958 à Meknès au Maroc, Pascale JOANNOT mène des études d’Océanographie et d’Océanologie à l’Université d’Aix-Marseille, avant d’entamer une carrière dans l’enseignement en qualité de professeur de biologie en Nouvelle Calédonie. Ses fonctions successives sur le territoire la conduisent à intégrer le cadre d’emplois territorial des ingénieurs de recherche et à prendre la direction de l’Aquarium de Nouméa entre 1985 et 2000. Elle est aujourd’hui directrice adjointe des collections du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, en charge depuis 2000 du chantier de rénovation des collections et déléguée à l’outre-mer depuis 2006, dans le cadre d’un détachement de la fonction publique de la Nouvelle-Calédonie. Elle enseigne toujours et anime des conférences sur l’écologie, les récifs coralliens, les énergies renouvelables … Elle est notamment la représentante du ministère de la recherche auprès de l’IFRECOR.

Mme Christelle MARLIN, chargée des affaires polaires au sein de la direction générale pour la recherche et l’innovation.

Mme Patricia RICARD, présidente de l’Institut océanographique Paul Ricard.
Née en 1963, Patricia RICARD est engagée depuis plus de 20 ans dans la protection de l’environnement. Nommée administratrice de l’Institut océanographique Paul Ricard en 1986, elle en devient présidente en 2005. Fondé en 1966 par Paul Ricard, son grand-père, industriel et écologiste avant l’heure, cet Institut vise à connaître, faire connaître et protéger la mer. En 1991, Patricia RICARD crée avec Marie-Pierre Cabello, les « Mardis de l’Environnement ». Elle préside et anime toujours ce cycle de conférences mensuelles, lieu d’échanges entre experts et acteurs de l’environnement auquel le préfet administrateur supérieur des TAAF a participé le mardi 5 février 2013 sur le thème « Les pôles, eldorados ou sanctuaires ? ». Elle est membre du conseil consultatif des Terres australes et antarctiques françaises depuis 2009.

M. Philippe WEBER, contrôleur général des armées au ministère de la défense.
Né en 1956 à Strasbourg, Philippe WEBER intègre la marine nationale en 1979 au sein des forces navales de surface. Jusqu’en 2004, il alterne les affectations embarquées, dont le commandement de la frégate Nivôse basée à La Réunion, avec des responsabilités de bureau, au sein du service d’information et de relations publiques du ministère de la défense, de la division télécommunication, système d’information et de commandement de l’Etat-major des armées, ou encore du cabinet du chef d’état-major de la marine. Il est admis dans le corps militaire du contrôle général des armées en 2007, et affecté à partir de 2013 au groupe de contrôle des forces et organismes de soutien – suivi du service de santé des armées.

2° En qualité de membres suppléants :
Mme Françoise GAILL, directrice de recherche au CNRS.
Née en 1948 à Paris, Françoise GAILL a intégré le CNRS en 1973, après une formation de troisième cycle en biologie animale. Elle a travaillé dans différents laboratoires, dont la station biologique de Roscoff de 1993 à 1998. Tout en effectuant une trentaine de campagnes océanographiques, cette scientifique de terrain a conçu, avec son équipe, des outils spécifiques afin d’étudier les organismes marins au sein des environnements profonds. Elle rejoint la direction du CNRS en 2006 comme déléguée scientifique dans le département des sciences de la vie avant de prendre la tête du département environnement et développement durable en 2008. Elle supervise la mise en place du nouvel Institut Ecologie et Environnement (INEE) dont elle assume la responsabilité jusqu’en 2013. Elle est aujourd’hui chargée de mission auprès de la direction générale du CNRS et préside le Conseil d’orientation stratégique et scientifique de la flotte océanographique française.

M. Pierre JULLIEN, journaliste au Monde et rédacteur en chef du Monde des timbres.
Né en 1960 à Mâcon, Pierre Jullien mène des études d’histoire avant d’intégrer la rédaction du journal Le Monde en 1983. Il se spécialise notamment dans le domaine de la philatélie, thème pour lequel il signe de nombreux ouvrages. En 2007, il crée le blog du Monde dédié à la philatélie avec plus de 1200 articles postés dont une partie sur les émissions des TAAF. Depuis 2009, il est journaliste au supplément « Economie et entreprise » du Monde.

M. Guy DUHAMEL, directeur du département des milieux et peuplements aquatiques au Muséum national d’histoire naturelle.
Né en 1953, Guy DUHAMEL décroche un doctorat en Océanographie biologique à Paris VI en 1980, tout en travaillant comme ingénieur biologiste auprès des TAAF. Il intègre le CNRS en 1982 en qualité d’attaché de recherche, avant de devenir chargé de recherche puis maître de conférences, sous-directeur au laboratoire d’Ichtyologie générale et appliquée du MNHN. Il occupe depuis 2008 les fonctions de directeur du département milieux et peuplements aquatiques du MNHN, pour le compte duquel il mène de nombreux travaux sur l’écologie et la dynamique des stocks des poissons démersaux et mésopélagiques de l’océan austral et de la partie subtropicale de l’Océan indien sud.

Mme Olivia BELLEMERE, diplomate en charge des affaires polaires au sein de la sous-direction du droit de la mer, du droit fluvial et des pôles de la direction des affaires juridiques du ministère des affaires étrangères et du développement international.

M. Philippe de LAMBERT des GRANGES, sous-directeur des ressources halieutiques au ministère de l’écologie, du développement durable et de l’énergie.
Né en 1966 à Marmande, Philippe DE LAMBERT DES GRANGES fait des études littéraires à Bordeaux avant d’intégrer l’Ecole d’Administration des Affaires Maritimes en 1990. Au sein des services déconcentrés de cette administration, il occupe successivement les fonctions d’adjoint au directeur départemental des Bouches du Rhône Marseille, de chef du quartier de Paimpol, de coordinateur de mission de sauvetage au CROSS Etel, ou encore de directeur régional adjoint de la Martinique. Après une mission au sein de l’inspection générale des services des affaires maritimes, sa carrière se poursuit en 2008 au sein de l’administration centrale du ministère en charge de l’écologie et du développement durable, d’abord en qualité d’adjoint au sous-directeur des affaires maritimes puis, depuis 2011, de sous-directeur des ressources halieutiques à la Direction des Pêches Maritimes et de l’Aquaculture.

Mme Antidia CITORES, de l’association Surfrider.

Gilles BŒUF, professeur à l’université Pierre et Marie Curie.

Denis CHEISSOUX, journaliste chez France Inter.

Marc ELEAUME, maître de conférences au Museum National d’Histoire Naturelle.

Anne-Chantal LE NOAN, contrôleur général des armées.

Pascal MORIN, directeur scientifique à l’institut polaire français Paul-Emile Victor.

M. Jérôme BIGNON, sénateur de la Somme.


Parlementaires désignés par les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat :

- Députés :
Titulaire :

Suppléant :

- Sénateurs :
Titulaire :

Suppléant :