Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Les 10èmes Journées Scientifiques du CNFRA du 26 au 27 mai 2014 à (...)

12 mai 2014

Les 10èmes Journées Scientifiques du CNFRA du 26 au 27 mai 2014 à Rennes

Ces journées pluridisciplinaires, organisées en concertation avec l’Institut Polaire Français Paul Emile Victor (IPEV), sont devenues au fil du temps un rendez-vous pour la communauté française de recherche en milieux polaires.

Communiqué du Comité National Français des Recherches Arctiques et Antarctiques (CNFRA)

Les 10èmes Journées Scientifiques du CNFRA auront lieu du 26 au 27 mai 2014 au Campus de Beaulieu, Université de Rennes 1, Rennes (35) :

  • Lundi 26 mai 2014 de 10h00 à 18h00
  • Mardi 27 mai 2014 de 9h00 à 16h00

Les Journées Scientifiques sont une occasion de transmission de savoir, d’expérience et de synthèse par la participation active de chercheurs ou d’acteurs polaires expérimentés. Nombre de jeunes chercheurs viennent aussi y présenter leurs travaux.

Elles ont enfin vocation à faire sortir la science des murs des laboratoires et à faciliter les échanges entre les spécialistes et le public.

C’est pourquoi les Journées Scientifiques du CNFRA sont ouvertes à tous gratuitement avec inscription préalable.
> Télécharger le programme et le formulaire d’inscription sur le site web du CNFRA

A l’occasion de ces 10èmes Journées Scientifiques, le CNFRA tiendra son
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ANNUELLE le lundi 26 mai à 17h15 dans l’amphithéâtre Louis Antoine.


JPEG - 32.8 ko

Participation d’Alexia Garnier, technicienne de la réserve naturelle, aux 10èmes Journées Scientifiques du CNFRA :

LES PLANTES INTRODUITES SUR L’ILE DE LA POSSESSION (ARCHIPEL CROZET, TAAF, OCEAN INDIEN) : NOMBRE D’ESPECES, DISTRIBUTION ET MESURES DE GESTION

Des observations menées entre 2010 et 2012 sur l’ensemble de l’île de la Possession révèlent une augmentation importante du nombre de phanérogames introduites, en comparaison avec les données publiées en 2001 qui faisaient état de 58 espèces appartenant à 16 familles.
On compte ainsi une vingtaine de nouvelles espèces qui n’avaient jamais été observées auparavant sur cette île. Une grande majorité des espèces introduites sont présentes uniquement dans le secteur de la station permanente Alfred Faure où séjournent 25 personnes en hiver et jusqu’à 40 en été. Le nombre d’espèces qui colonisent l’île en dehors du périmètre de la base a également augmenté au cours de la dernière décennie. De neuf, ce nombre est passé à 16, avec une progression sensible de la surface colonisée. Nous avons montré précédemment que l’introduction de ces espèces, en majorité présentes en Europe, est étroitement liée aux activités humaines (arrivée du fret, enrichissement organique par épandage des eaux usées, propagation via les déplacements humains…).
Au-delà de l’intérêt scientifique de ces observations qui sont menées régulièrement depuis les années 1980, nos résultats permettent d’orienter les mesures de gestion au sein de la réserve, avec un renforcement des mesures de biosécurité (fret, visiteurs, transferts intra île) et la mise en place de programmes d’éradication pour quelques espèces encore peu disséminées.
Le suivi des actions d’éradication montre que la méthode d’arrachage employée actuellement n’est pas optimale. Dans les années à venir, d’autres techniques devront être mises en oeuvre afin d’empêcher le maintien et l’expansion des espèces ciblées.