Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Les TAAF à la XXXIIe réunion de la CCAMLR

13 novembre 2013

Les TAAF à la XXXIIe réunion de la CCAMLR

La XXXIIe réunion du Comité scientifique et de la Commission pour la Conservation de la Faune et la Flore Marine de l’Antarctique (CCAMLR) s’est tenue du 21 octobre au 1er novembre 2013 à Hobart, Tasmanie (http://www.ccamlr.org/).

Cette réunion permet l’adoption annuelle de mesures de conservation pour les ressources et les écosystèmes de l’océan Austral. Cette année, la CCAMLR a réexaminé deux propositions d’aires marines protégées, l’une en Antarctique de l’Est portée par la France, l’Australie et l’Union européenne ; l’autre en Mer de Ross portée par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande. L’opposition de la Russie et de la Chine n’a toutefois pas permis d’atteindre le consensus entre les 25 Etats Parties et ces propositions seront à nouveau portées pour adoption à la XXXIIIe réunion de la CCAMLR (2014).

Pour la France, les faits majeurs concernent la reconnaissance par le Comité scientifique CCAMLR des évaluations de modélisation des stocks de légines, ainsi que l’octroi d’un volume de captures pour les activités de pêche françaises réalisées sur le Banc Elan.

Pour les TAAF, le succès vient du soutien de nombreux Etats (Etats-Unis, l’Union Européenne, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, le Royaume-Uni, l’Afrique du Sud et l’Espagne) à l’action de surveillance des ZEE des îles Australes en vue de lutter contre la pêche illicite. Les TAAF trouvent ici une légitimité et une reconnaissance directe au niveau international. D’autre part, l’action en vue de réduire toujours davantage la mortalité accidentelle d’oiseaux de mer lors des activités de pêche a également reçu le vif soutien de plusieurs Etats et de l’Accord sur la Conservation des Albatros et des Pétrels (ACAP). La représentation TAAF au sein de la délégation française a été assurée par le Dr. Ann-Isabelle Guyomard. La XXXIIIe réunion de la CCAMLR (2014) devrait permettre de renforcer encore davantage le système de lutte contre la pêche illicite et de recueillir par l’ACAP les progrès réalisés au niveau mondial pour réduire la mortalité accidentelle des oiseaux de mer.