Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Les premiers agents de terrain sur l’île Europa

8 novembre 2016

Les premiers agents de terrain sur l’île Europa

L’île d’Europa est devenue la 42ème Zone humide d’Importance Internationale française le 27 octobre 2011 au titre de la Convention de Ramsar. Afin de préserver l’extraordinaire biodiversité de cette île corallienne unique dans l’océan Indien, de développer les connaissances naturalistes et scientifiques et de concilier les activités anthropiques et la préservation des milieux, la collectivité des TAAF a constitué depuis mai 2016 une première équipe opérationnelle. Les deux agents de terrain mettent d’ores et déjà en œuvre les actions qui préfigurent le futur plan de gestion Ramsar Europa (2016-2020, en cours de validation).

JPEG - 116.5 ko
Bras de mangrove © Alexandre LAUBIN

Europa, sanctuaire de biodiversité au cœur du canal du Mozambique

L’île d’Europa fait partie, aux côtés de Juan de Nova, Glorieuses, Bassas da India, dans le canal du Mozambique, et Tromelin, au nord-est de Madagascar, des îles Éparses de l’océan Indien. Ces cinq îles constituent depuis 2007 le cinquième district des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF). Europa est la plus méridionale des îles Éparses. Elle se situe à 600 kilomètres au sud de Juan de Nova, 300 kilomètres au sud-ouest du Cap Saint-Vincent (Madagascar) et 550 kilomètres des côtes du Mozambique. Le diamètre de ce grand atoll pentagonal d’origine volcanique est de six à sept kilomètres, pour une superficie terrestre d’environ 28 km². L’île est basse et sablonneuse et possède une ceinture de dunes dont le point culminant se situe à moins de dix mètres de haut. L’île est également entourée d’un récif frangeant presque continu associé à un lagon interne couvrant 19 km² environ.
La végétation d’Europa est dans un état de conservation exceptionnel. Malgré le jeu réduit d’espèces, la végétation traduit de manière exemplaire et didactique les moindres variations de salinité, d’hydromorphie, de texture des sols. Principalement d’origine malgache, la flore se compose de 92 espèces végétales dont certaines seraient endémiques de l’île.

JPEG - 90.1 ko
La transition entre la steppe salée, les sansouires et la mangrove se lit aisément, aucune activité humaine ne perturbe l’organisation naturelle des milieux © Alexandre LAUBIN

L’avifaune marine d’Europa est constituée de huit espèces nicheuses sur les 16 recensées dans le canal du Mozambique. Environ 800 000 couples d’oiseaux marins nichent chaque année sur l’île, soit près du quart des effectifs recensés dans le canal du Mozambique. L’avifaune est enrichie par trois espèces terrestres nicheuses et de nombreuses espèces migratrices.

JPEG - 48.9 ko
Entre 800 et 1 000 couples de Phaéton à bec jaune (Phaéton lepturus ssp europae) nichent chaque année sur Europa. Cette sous espèce endémique de l’île est fortement impactée par la présence du rat © Alexandre LAUBIN

Europa constitue également le plus important site de ponte de tortues vertes de tout l’océan Indien. Ainsi, chaque année, entre 2 000 et 11 000 tortues vertes viennent pondre sur les plages sableuses de l’île. Le lagon et le récif corallien accueillent également des tortues imbriquées en alimentation. Sept espèces de mammifères marin ont déjà été observées dans les eaux d’Europa : trois espèces de baleines et quatre de dauphins. Le corail récifal présente une grande diversité d’invertébrés benthiques et de poissons. Les peuplements de poissons sont abondants, avec une forte abondance d’espèces carnivores.

JPEG - 120.4 ko
Chaque année, entre 2 000 et 11 000 tortues vertes viennent pondre sur les plages sableuses de l’île © Lucia SIMION

Europa et la convention RAMSAR

La Convention de Ramsar (1971) est le plus ancien accord mondial sur l’environnement. Elle encourage l’utilisation rationnelle des ressources d’eau et des zones humides à l’échelon mondial et met l’accent sur la gestion pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides dans le monde entier. Le classement d’Europa au titre de la Convention de Ramsar (2011) s’applique à l’ensemble des écosystèmes terrestres de l’île ainsi qu’aux écosystèmes marins jusqu’à la limite des 12 miles nautiques (limites de la mer territoriale), ce qui en fait le troisième site Ramsar français par sa superficie. Grâce à ce classement, l’île Europa intègre un réseau international qui contribue la conservation, au développement humain et à la protection de notre patrimoine naturel.

Conformément aux engagements pris vis-à-vis de la Convention de Ramsar, la collectivité des TAAF a bâti un plan de gestion pour le site (en phase de validation), qui s’étendra sur la période 2016-2020 et aura pour grands objectifs :

  • de stopper l’érosion de la biodiversité et de maintenir le fonctionnement des écosystèmes ;
  • de concilier durablement activités humaines et conservation du patrimoine naturel ;
  • de constituer un observatoire scientifique de référence à l’échelle de l’océan indien ;
  • d’améliorer la perception du site, de son patrimoine et de ses enjeux ;
  • et de garantir des moyens humains, financiers et logistiques adaptés.

Premières opérations engagées.

Afin de répondre à ses objectifs sur le long terme, une équipe constituée d’un coordinateur et de deux agents de terrain a été formée. Elle est en charge de la bonne mise en œuvre d’opérations qui préfigurent le plan de gestion Ramsar du site Europa. Les partenaires techniques et scientifiques sont également mobilisés pour soutenir ou répondre aux études dans leurs domaines de compétences respectives (UMR ENTROPIE, Nature Océan Indien, Conservatoire Botanique National de Mascarin, Kélonia, IFREMER,…)
Après une formation théorique à La Réunion, des échanges avec l’ensemble des partenaires et une formation sur l’île, les agents de terrain Europa mettent en œuvre les premières actions identifiées comme prioritaires pour l’année 2016.

Focus sur une action : Le suivi démographique de la population de sterne fuligineuse.

En juillet 2016, une des missions des agents de terrain consistait à réaliser une nouvelle estimation de la taille de la population nicheuse de sterne fuligineuse. Cette espèce est la plus abondante sur l’île et se reproduit durant l’hiver austral. La période prénuptiale débute en avril et l’incubation des œufs se déroule entre juillet et septembre. Les jeunes s’envolent entre octobre et fin novembre à l’issue d’un élevage de près de trois mois.
Il aura fallu plus de dix jours de terrain et de nombreuses heures d’analyse des données pour identifier les sept colonies de sternes fuligineuses installées sur l’île et dénombrer le nombre de couples nicheurs pour chacune d’entre elle.

JPEG - 116.4 ko
Nid de sterne fuligineuse © Alexandre LAUBIN

Ainsi, en 2016, près de 880 000 couples de sternes fuligineuses se sont reproduit sur l’île d’Europa, un chiffre stable par rapport à l’effectif estimé en 2009.