Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr

Périmètre et statuts de protection

Situation de la Réserve naturelle dans l’océan Indien

Les Terres australes françaises englobent le district de Crozet (46°25’S, 51°45’E), le district de Kerguelen (49°S, 70°E), et le district de Saint-Paul et Amsterdam (37°50’S, 77°30’E). Les îles et leurs zones économiques exclusives (ZEE) respectives constituent la composante australe des TAAF et celle dans laquelle est circonscrite la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises.

Situées dans le sud de l’océan Indien, les Terres australes françaises sont réparties entre les 37ème et 54ème parallèles Sud et s’étendent de la zone subtropicale (îles Saint-Paul et Amsterdam) à la zone subantarctique (archipel Crozet et îles Kerguelen). Elles constituent le plus grand gradient latitudinal sur un même territoire en France.

D’origines volcaniques, les Terres australes françaises sont définies comme des îles océaniques « vraies », qui n’ont jamais été en contact avec un continent et sont parmi les systèmes insulaires les plus isolés au monde. Situées à plus de 12 000 km de la France métropolitaine, l’île de la Réunion est le territoire français qui en est le plus proche : Crozet en est distant de 2 860 km, Kerguelen de 3 490 km, Saint-Paul et Amsterdam de 2 880 km. Cet isolement extrême explique la découverte tardive de ces îles et a largement contribué à leur préservation écologique.

Carte du périmètre et des zones de protection

Surface totale de la réserve naturelle : 672 969 km² dont environ 7 668 km² en milieu terrestre
Surface sous protection : 1 662 766 km² (arrêté préfectoral n°2017-28)

Statuts de protection

Afin de tenir compte au mieux des différents enjeux de conservation au sein de la Réserve naturelle et de distinguer clairement les zones où certaines activités humaines sont autorisées de celles qui ne le sont pas, 4 niveaux de protection ont été mis en place par le décret n° 2006-1211 modifié du 3 octobre 2006 portant création puis extension et modification de la réglementation de la réserve naturelle nationale des Terres australes françaises :

  • les zones soumises au régime général, qui concernent l’ensemble des surfaces terrestres et marines classées, pour lesquelles aucune disposition plus rigoureuse n’est applicable.
  • les zones réservées à la recherche scientifique et technique, qui ont été définies par l’arrêté territorial n° 14 du 30 juillet 1985 et reprises dans le décret n°2006-1211 modifié. L’arrêté, tout comme le décret, fixe les prescriptions générales et une série d’interdictions, délimitées dans le temps et dans l’espace, relatives à des zones de la partie terrestre de la Réserve naturelle qui sont réservées aux opérateurs des programmes de recherche et de gestion s’y déroulant. L’accès à ce type de sites est soumis à autorisation du préfet, administrateur supérieur des TAAF, qui se prononce aux vues d’un dossier présentant l’objet de la demande, les opérations qui seront pratiquées sur le site, la durée et la fréquence des intrusions.
  • les zones de protection intégrale terrestres, où tout accès et activité humaine sont interdits, sauf en cas de force majeure ou de nécessité d’exercice de la souveraineté. L’article 21 du chapitre IV du décret n°2006-1211 modifié prévoit toutefois que des dérogations peuvent être accordées par le représentant de l’Etat, au vu d’un dossier de demande précisant notamment les raisons de la demande d’accès et les activités prévues.
  • les zones de protection renforcée marines, où tous rejets de déchets, y compris les déchets organiques et les déchets de poissons, sont interdits (article 36 chapitre VI du décret n°2006-1211 modifié), ainsi que toutes activités industrielles ou commerciales, à l’exception 1) des activités liées directement à la gestion, à la découverte et à l’animation de la réserve naturelle et 2) des activités exercées à des fins de sécurité qui peuvent faire l’objet d’une dérogation du préfet après avis du conseil scientifique de la Réserve naturelle (article 35 chapitre VI du décret n°2006-1211 modifié).

A ces différents niveaux de protection s’ajoute un périmètre de protection autour de la réserve naturelle nationale des Terres australes Françaises. Adopté par arrêté préfectoral des TAAF le 31 mars 2017 suite à la demande de la Ministre de l’Environnement Ségolène Royal, ce périmètre de protection couvre l’ensemble des zones économiques exclusives (ZEE) australes de Crozet, Kerguelen et Saint-Paul et Amsterdam. L’espace total protégé, qui inclut la superficie de la Réserve naturelle et celle du périmètre de protection, couvre une surface de 1 662 766 km2, soit près de 15% de l’espace maritime français. Désormais, les dispositions du chapitre II du décret n°2006-1211 modifié s’appliquent à la totalité des ZEE des Terres australes françaises, ainsi que les articles 23, 24, 26, 27 et 31 du Chapitre V et l’article 38 du chapitre VII. L’instauration de ce périmètre de protection permet de soutenir l’élaboration et la mise en œuvre d’une stratégie concertée en faveur de la création et de la mise en place d’un réseau d’aires marines protégées dans la zone de la CCAMLR.