Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > Missions > Protéger la nature et l’environnement > La réserve naturelle nationale des Terres australes françaises > Pourquoi une réserve naturelle dans les Terres australes françaises (...)

Pourquoi une réserve naturelle dans les Terres australes françaises ?


Présentation de la Réserve naturelle nationale… par TAAF

Les îles subantarctiques françaises constituent, du fait de leur éloignement des centres d’activités humaines, des sanctuaires pour la faune et la flore. Le patrimoine biologique encore presque intact de ces îles océaniques est d’une richesse et d’une importance considérable.

Une réserve naturelle construite en plusieurs étapes :

La volonté de protéger les Terres australes françaises est ancienne. En 1995, le Comité de l’environnement polaire souligne le caractère unique du patrimoine naturel des îles subantarctiques françaises et recommande la mise en protection par une réserve naturelle terrestre et marine des trois archipels subantarctiques.

A la demande de la communauté scientifique, une première proposition de classement est rédigée en 1996. Après 10 ans d’instruction, un décret interministériel signé le 3 octobre 2006 classe l’archipel Crozet, les îles Kerguelen, Amsterdam et Saint-Paul et une partie de leurs eaux territoriales en réserve naturelle nationale. Avec une superficie terrestre de 7 792 km² et une partie marine de 15 700km² - qui comprend les eaux intérieures et la mer territoriale autour de Saint-Paul et Amsterdam, les mers territoriales de l’Archipel de Crozet, à l’exception de celles de l’île de la Possession, et une partie des eaux intérieures et de la mer territoriale des îles Kerguelen -, c’est de loin la plus grande réserve naturelle de France.

Dans le cadre du premier plan de gestion de la réserve, il est proposé d’évaluer la pertinence du périmètre marin et de proposer le cas échéant, un élargissement de la zone classée. Grâce à la collaboration étroite avec la communauté scientifique, et conformément aux engagements de la France pris lors de la COP 21, la collectivité des TAAF propose une extension marine sur 672 672 km². Le 12 décembre 2016, le décret interministériel fixant l’extension de la réserve sur la superficie proposée par le gestionnaire est publié. Ce classement permet de couvrir l’ensemble des enjeux terrestres et marins du territoire en incluant les zones fonctionnelles essentielles des espèces marines. Afin de conserver les zones marines de haute importance écologique les plus sensibles, des « zones de protection renforcée » ont été mise en place, couvrant une surface de 120 110 km². Les activités industrielles et commerciales, y compris la pêche commerciale et de loisir, y sont interdites. Avec ce nouveau périmètre, la réserve compte parmi les plus grandes aires marines protégées de la planète.

Téléchargez le décret de création de la réserve n° 2006-1211

Téléchargez le décret d’extension de la réserve n°2016-1700

Le principal objectif de cette réserve est la mise en protection et la gestion des espaces naturels en vue du maintien de la diversité biologique globale des Terres australes.

JPEG - 72.1 ko
Albatros hurleurs à Crozet (photo : Stefano Unterthiner)

Les Taaf ont été désignées organisme gestionnaire de la réserve. Le Conseil consultatif des Taaf tient lieu de comité consultatif de la réserve naturelle et le Comité de l’environnement polaire, de conseil scientifique.

Le plan de gestion de la réserve naturelle a pour objectif de cadrer les activités nécessaires à la préservation du patrimoine naturel. Il est arrêté pour une durée de 5 ans (2011 /2015) et sera évalué à son terme.

PDF - 4.3 Mo
Synthèse du plan de gestion 2011/2015 de la RNN des Terres australes françaises

Qu’est ce qu’une réserve naturelle ?

JPEG - 76.6 ko
  • un espace naturel protégeant un patrimoine naturel remarquable par une réglementation adaptée tenant aussi compte du contexte local,
  • un instrument réservé à des enjeux patrimoniaux forts de niveau régional, national ou international : espaces, espèces rares ou caractéristiques, milieux naturels fonctionnels et représentatifs,
  • un territoire géré à des fins conservatoires et de manière planifiée, par un organisme local spécialisé et une équipe compétente,
  • un site dont la gestion est orientée et évaluée de façon concertée, notamment grâce à un comité consultatif réunissant les acteurs locaux,
  • un lieu de sensibilisation à la protection de la biodiversité,
  • un pôle de développement local durable.

L’objet d’une réserve est :

  • de protéger les milieux naturels menacés : faune, flore, eaux ainsi que sur terre, sous terre ou en mer.
JPEG - 201.2 ko
Colonie de manchots royaux à Crozet, sur l’île des cochons (photo : Stefano Unterthiner)

Leur champ d’intervention est large :

  • préservation d’espèces animales ou végétales et d’habitats en voie de disparition ou remarquables,
  • reconstitution de populations animales ou végétales ou de leur habitat,
  • préservation ou constitution d’étapes sur les grandes voies de migration de la faune sauvage,
  • préservation des biotopes et de formations géologiques, géo-morphologiques ou spéléologiques remarquables,
  • études scientifiques ou techniques indispensables au développement des connaissances humaines.

En fonction des enjeux, de la situation géographique et du contexte local, l’initiative du classement en réserve naturelle revient à l’Etat ou à la région. Dans tous les cas, la création des réserves naturelles fait l’objet de consultations spécifiques. L’autorité administrative à l’initiative du classement confie localement la gestion à un organisme (regroupement de collectivités, établissement public, groupement d’intérêt public…).

JPEG - 94.6 ko

Présentation de la Réserve Naturelle des Terres australes françaises
>>> Télécharger le dépliant