Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Rotation du Marion Dufresne dans les îles Eparses 2011

30 avril 2011

Rotation du Marion Dufresne dans les îles Eparses 2011

Le Marion Dufresne, navire logistique et océanographique des Terres australes et antarctiques françaises (Taaf) a effectué une expédition dans les îles Éparses du 1er au 26 avril 2011. Le navire s’est rendu pour la première fois dans toutes les îles Éparses, Europa, Bassas da India, Juan de Nova, Glorieuses et Tromelin.

Le Marion Dufresne dans les îles Eparses du 1er au 26 avril 2011

Lire aussi le récit de la rotation dans le journal de bord du Marion Dufresne.

JPEG - 93.5 ko
Le Marion Dufresne pour la première fois devant Bassas da India - photo Hendrik Sauvignet

Une mission centrée sur les programmes scientifiques …


Les Iles Eparses, sanctuaires de biodiversité et… by TAAF

Les îles Éparses sont qualifiées de « sanctuaires océaniques de la nature primitive », disposant d’un patrimoine biologique terrestre et marin remarquable. L’isolement géographique, le caractère insulaire et une occupation humaine historiquement très limitée ont en effet protégé ces territoires. De nombreux programmes scientifiques se sont montrés intéressés pour mener dans ces îles, considérées comme de véritables laboratoires naturels, des programmes de recherche. Cette année, les Taaf ont souhaité accorder un maximum de places sur cette rotation pour les programmes scientifiques. Ainsi, 72 scientifiques représentant 17 programmes de recherche concernant aussi bien les sciences de la terre que de la vie ont embarqué à bord du navire.

Différents matériels scientifiques (marégraphes, sismographes) ont également été installés sur les îles.

JPEG - 143.6 ko
Les équipes scientifiques au départ de la rotation - photo R.Latournerie-JIR

… La suite et fin de l’enlèvement des déchets …

En 2009, les Taaf avaient mis en place la première rotation du Marion Dufresne dans les îles Éparses, afin de nettoyer l’ensemble des îles. Cette intervention s’était soldée par la collecte, l’évacuation et le retraitement de centaines de tonnes de déchets métalliques et de certains déchets, classés industriels dangereux » (batterie, etc.).

A l’issue de cette opération, il subsistait cependant sur l’île Juan de Nova des déchets réclamant un traitement spécifique : une série de fûts hydrocarbonés, résidus de la construction de la piste d’aviation, entreposés à demi enfouis en bordure de plage. L’érosion aidant, ils se désagrégeaient et risquaient de répandre leur contenu sur la plage, zone de ponte des tortues marines et des sternes fuligineuses et huppées de l’île.

Grâce à un partenariat signé entre les Taaf et la Fondation Veolia Environnement, des experts en gestion des déchets se sont rendus en 2010 sur Juan de Nova afin d’effectuer un diagnostic de la pollution du site et mettre en place un plan d’action pour évacuer et traiter ces déchets. En mars 2011, une deuxième mission a permis, grâce aux experts de Véolia, le conditionnement du sable pollué et des fûts dans des contenants hermétiques.

JPEG - 215 ko
Conditionnement des fûts à Juan de Nova - photo TAAF

Ces déchets ont été évacués par le Marion Dufresne, seul navire équipé des moyens nécessaires (hélicoptère, grue, annexe maritime) pour effectuer ces opérations.

La Réunion ne possédant pas de filière agréée, les déchets seront ensuite évacués vers la métropole, où ils seront éliminés dans une filière d’incinération Veolia Propreté, à Marseille ou Limay (78).

… le ravitaillement des îles

Ces îles sont desservies à la fois par avion (essentiellement pour les relèves de personnel militaire, une fois tous les 45 jours par Transall) et par bateau – navire de la marine nationale le La Grandière- deux fois par an pour tous les matériaux pondéreux.

Dans un souci de mutualisation des différents moyens nautiques pouvant ravitailler les îles, le Marion Dufresne a embarqué le ravitaillement nécessaire à 6 mois de vie sur les îles pour les détachements des Fazsoi (nourriture, eau, carburant) facilitant ainsi l’arrêt technique du La Grandière.

Cette opération a été labellisée parmi les actions menées dans le cadre de l’année des outre-mer.