Facebook Twitter Viadeo LinkedIn You Tube Daily Motion Flickr
Accueil > S’informer > Toutes les actualités > Signature de la convention « Gestion durable du patrimoine naturel régional (...)

8 janvier 2013

Signature de la convention « Gestion durable du patrimoine naturel régional de Mayotte et des îles éparses »

Le Préfet des TAAF Pascal Bolot, le président du Conseil général de Mayotte Daniel ZAIDANI et le préfet de Mayotte Thomas DEGOS, ont signé le 18 janvier 2013, une convention de financement en faveur de la préservation de la biodiversité marine dans la zone sud de l’Océan indien. Doté de plus de trois millions d’euros, il s’agit du plan le plus ambitieux jamais réalisé dans ce domaine à Mayotte et dans les îles Eparses.

Un projet de 3,5 millions d’euros sur 5 ans

Tirant profit de la proximité de leurs espaces naturels marins et des problématiques auxquelles elles sont confrontées, Mayotte et les TAAF « îles Eparses » ont présenté un projet commun pour la préservation de la biodiversité marine. Doté d’une enveloppe de plus de 3,5 millions d’euros sur 5 ans, ce projet se compose de 8 actions :

  • 1) Campagne d’estimation de la biomasse halieutique des bancs du Geyser, de la Zélée et de l’Iris,
  • 2) Campagne d’exploration des pentes externes et monts sous-marins,
  • 3) Campagne d’inventaires et de suivis des récifs coralliens de Mayotte et des îles éparses,
  • 4) Formation des observateurs embarqués,
  • 5) Formation des enquêteurs de pêche côtière,
  • 6) Qualité des eaux marines,
  • 7) Mise en place des bases de données pour le suivi/monitoring,
  • 8) Valorisation des résultats sur le plan local et régional.

Les TAAF s’engagent à piloter et coordonner, en s’appuyant sur le consortium CNRS INEE, la mise en œuvre des actions 1 à 4. Le conseil général se chargera des actions 5 à 8.

Le soutien de l’Union européenne et de l’AFD

Ce projet est rendu possible grâce au soutien de l’Union européenne dans le cadre du 10e programme du Fonds européen de développement (FED) pour la zone de l’Océan indien et par le concours de l’Agence française de développement (AFD).

Pour Daniel ZAIDANI, Président du Conseil général de Mayotte, « cette contribution est déterminante pour la conservation de la biodiversité marine pour le parc marin de Mayotte, qui possède le plus grand lagon fermé du monde et celui des Glorieuses, récemment créé. Ce programme s’inscrit pleinement dans les actions engagées depuis longtemps par le Conseil général de Mayotte et par les TAAF pour préserver et valoriser nos ressources maritimes dans la zone sud de l’Océan indien ».

Pour Pascal BOLOT, Préfet administrateur supérieur des TAAF, « les TAAF sont gestionnaires des îles Eparses depuis 2007, par la volonté du législateur de confier ces territoires exceptionnels à une administration dédiée à leur mise en valeur. Nous souhaitons y développer des méthodes de gestion et de protection de la biodiversité comparables à celles qui ont fait leurs preuves dans les îles australes, autres espaces naturels à fort endémisme. La présente convention va nous donner les moyens de travailler en étroite collaboration avec le Conseil général de Mayotte pour renforcer les connaissances marines nécessaires à une gestion durable des ressources et à la reconnaissance internationale du patrimoine naturel français dans le canal du Mozambique. »

Les îles Eparses

Les îles Eparses, composées des îles Europa, Glorieuses, Juan de Nova, Bassas Da India situées dans le canal du Mozambique et l’île Tromelin située au nord-ouest de la Réunion sont qualifiées de « sanctuaires océaniques de la nature primitive », disposant d’un patrimoine biologique terrestre et marin remarquable. L’isolement géographique, le caractère insulaire et une occupation humaine historiquement très limitée ont en effet protégé ces territoires. Certaines îles ont une végétation quasi intacte et des habitats endémiques. Toutes ces îles coralliennes ont une importance majeure en milieu tropical dans la mesure où elles abritent des écosystèmes parmi les plus diversifiés et complexes de la planète, comme les mangroves ou les récifs coralliens fossiles. Chacune des îles possède des caractères exceptionnels en termes de richesse et de diversité spécifique. A titre d‘exemple, l’île d’Europa abrite 8 espèces d’oiseaux nicheurs et 2 sous-espèces endémiques, Juan de Nova héberge la plus grande colonie de sternes fuligineuses de l’océan indien (plus d’1 million de couples).
La diversité biologique marine y est aussi unique. Les récifs coralliens en cours d’étude montrent un état de conservation quasi intact, ce qui fait de ces espaces des stations de référence au niveau mondial. Les plages des îles Eparses sont des lieux de ponte importants pour les tortues marines (tortue verte, tortue imbriquée) qui sont des espèces menacées et protégées au titre de conventions internationales.
Le canal du Mozambique, plus particulièrement les Zones économiques exclusives des îles Eparses, est également fréquenté par des mammifères marins relativement sédentaires (différentes espèces de dauphins ou de baleines à bec), mais également par de grands cétacés migrateurs (baleines à bosse). Toutes ces espèces bénéficient de mesures de protection au titre de diverses conventions et arrêtés (Commission baleinière internationale, listes rouges Union internationale de conservation de la nature).

JPEG - 89.8 ko
JPEG - 83.2 ko

Télécharger le communiqué de presse, en cliquant ici.